News - Un asphalte écologique recyclé, silencieux et plus sûr : les essais donnent le feu vert

Nereide logo

  

  EC life

LIFE15 ENV/IT/000268

Un asphalte écologique recyclé, silencieux et plus sûr : les essais donnent le feu vert

Cet été, l'expérimentation du projet européen Nereide, coordonné par l'Université de Pise, commence à partir de la ville de Massarosa, dans la province de Lucca.

 

Des couches d’usure drainantes silencieuses avec des matériaux recyclés : le projet Nereide - Noise Efficiently REduced by recycleD pavements (Réduction efficace du bruit grâce aux chaussées recyclées) - va au cœur de son expérimentation dès l’été prochain. Ce projet voit l’engagement du Département de Génie Civil de l’Université de Pise, en collaboration avec le Centre de Recherche Belge CRR, Ecopneus, l’Institut d’acoustique et de sensoristique « Orso Mario Corbino » et la Région Toscane, avec le partenariat d’Arpat, (le Conseil Régional pour la protection environnementale de la région Toscane). La ville de Massarosa, dans la province de Lucca, sera le pionnier du projet. C’est là que sera posé le premier tronçon de chaussée obtenu avec ce nouveau conglomérat bitumineux respectueux de l’environnement. L’objectif est d’évaluer sa qualité et de mesurer la réduction de la pollution sonore, un ennemi invisible qui perturbe l’esprit et le sommeil de nombreuses personnes. Rien qu’en Europe, environ 125 millions de citoyens sont quotidiennement exposés à des niveaux excessifs de bruit dus à la circulation, avec le risque de subir de graves conséquences sanitaires, comme l’organisation mondiale de la santé l’a souligné à de nombreuses reprises.

Cependant, le projet est plus vaste et fait également référence à l'environnement : en effet, en recyclant les déchets, la quantité de déchets qui doivent être éliminés ou récupérés d'une autre manière est réduite. Pas uniquement. La production et la pose de ce type de revêtement sont réalisées avec une technologie « chaude ». Ceci permet une réduction de 30 % des émissions d’hydrocarbures aromatiques polycycliques dans l’air. De plus, ce projet porte également sur la sécurité routière, car le matériau du nouveau revêtement routier permettra de garantir un haut niveau d'adhérence.

Après sa pose dans la ville de Toscane, la chaussée sera testée tant d’un point de vue structurel et fonctionnel que d’un point de vue acoustique, au moyen d’un véhicule équipé ad hoc d’outils spécifiques et par l’administration d’environ 700 questionnaires aux citoyens de la zone concernée.

Nereide has been financed by the European Community within the scope of the programme “LIFE”. Toscane et Bruxelles y participeront jusqu’en 2020. Comme l’explique Arpat, l’objectif est de pouvoir recycler un total de 24 000 kg de caoutchouc provenant de pneus usagés non réutilisables ; d’obtenir de meilleures performances sonores en zone urbaine, c’est-à-dire de réduire la pollution sonore d’au moins 5 dB(A) par rapport aux revêtements traditionnels ; de réduire la pollution atmosphérique et la charge des travailleurs pendant la pose du pavage.

Arpat précise que, pour atteindre ces résultats, à partir de cet été et au cours des 3 prochaines années, on attend ce qui suit : « la caractérisation des chaussées et des matériaux utilisés ; la pose de 2 450 mètres de routes sur six surfaces en Toscane et une en Belgique ; la pose de 2 800 mètres de routes sur sept surfaces différentes dans une autre région de Toscane pour vérifier ce qui a été appris et améliorer les mêmes routes par l’utilisation de bitumes recyclés ; le suivi des performances ante et post-opérationnelles, y compris par l’évaluation des effets psychoacoustiques sur la population locale ; la vérification de l’impact de la pose de l’asphalte sur la pollution atmosphérique pour évaluer la réduction des émissions des HAP ».
Le professeur Pietro Leandri de l’Université de Pise le précise : « Nereide assure la conception, la réalisation et le suivi des performances acoustiques et fonctionnelles des chaussées drainantes à faible niveau de bruit, réalisées avec des matériaux issus de chaussées anciennes et de la poudre de caoutchouc recyclée des pneus usagés non réutilisables. Le professeur Leandri conclut en disant que :  « A l’été 2018, l’expérimentation en Toscane impliquera également un autre lieu et, en collaboration avec le Centre belge de recherche routière, nous expérimenterons pour la première fois en Italie une chaussée de type PERS (c’est-à-dire poreuse). Celle-ci sera réalisée avec un liant synthétique et une teneur en granulés de caoutchouc équivalant à au moins 20 % de son poids. Cela permettra d'obtenir une réduction du bruit encore plus importante, jusqu'à 12 dB(A), par rapport aux chaussées conventionnelles, avec des niveaux de réduction du bruit qui ne peuvent être atteints par aucun autre type de chaussée ».

 

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn Share on Google Plus

Archives